Mots-clefs

, , , ,

Trinité-et-qui? Ce pays est composé des deux îles (Trinité et Tobago) les plus au sud dans l’arc des Caraïbes, à tout juste quelques kilomètres à l’est du Venezuela. Sa langue officielle est l’anglais, les Britanniques ayant été les derniers colonisateurs. Au départ, l’économie était principalement basée sur la culture du cacao, mais de nos jours, c’est plutôt l’exploitation du pétrole qui constitue la première source de revenus du pays. Le carnaval de Trinité-et-Tobago (T&T) a aussi une grande réputation internationale, comme ceux de Rio de Janeiro et de Venise. Les Trinidadiens commencent les préparatifs en vue de cette fête plusieurs mois d’avance et l’ambiance festive se fait sentir dès le début janvier.

Le tourisme à T&T

On nous vendait cet endroit comme un petit paradis intouché par le tourisme de masse, à l’opposé du Mexique et de Cuba, où les infrastructures de type resort pullulent. Pour être intouché par le tourisme, on peut dire que ça l’était. Nous étions bien souvent les seuls touristes de l’endroit, même si nous étions en haute saison. Parfois c’était génial, comme quand nous nous retrouvions seuls sur une plage idyllique. D’autres fois, nous aurions apprécié avoir de la compagnie, que ce soit pour des raisons de sécurité (nos hôtes nous ont souvent mis en garde contre le fait d’être seuls en quelque endroit que ce soit) ou pour nous confirmer le chemin vers un attrait. En effet, l’industrie pétrolifère suffisant aux besoins du pays (surtout de Trinité, Tobago étant plus sensible au tourisme), le gouvernement ne semble pas trouver nécessaire de développer l’industrie touristique, qui a pourtant bien du potentiel. Quand je dis ça, c’est que même munis de deux guides de voyage, de cartes et d’explications verbales glanées à des gens du coin, nous avons souvent été frustrés, incapables de trouver une attraction pourtant supposée être l’Attraction du coin avec un grand A. Les Trinidadiens ne semblent pas non plus porter beaucoup d’intérêt aux touristes, sauf quand vient le temps de les achaler pour leur vendre dix mille excursions et chaises de plages dans les seuls lieux un peu touristiques, les plages. (Ceux qui aiment se prélasser au soleil sans les foules des resorts adopteront les belles plages tranquilles de Tobago.)

Store Bay (1)

Plage de Store Bay

Quand y aller?

La haute saison, qui correspond à la saison sèche, s’étend de janvier à avril. Ayant voulu nous soustraire à la folie du Carnaval, où les prix montent en flèche et l’hébergement –déjà rare en temps normal– devient rarissime, nous avons opté pour la fin janvier. Ce fut un excellent choix puisque la météo a été superbe : de petites averses silencieuses la nuit et un petit nuage qui se vidait en 2 minutes par-ci par-là pour nous rafraîchir, avec que du beau soleil (ou alternance soleil/nuages) le reste du temps. L’écart entre la saison sèche et la saison des pluies est beaucoup moins prononcé à T&T qu’ailleurs dans les Antilles ou en Amérique centrale. Un ami qui était parti en novembre-décembre n’a toutefois pas pu faire de randonnée en forêt puisque les sentiers étaient boueux et glissants (ils étaient boueux lors de notre passage mais moins dangereux).

Paria Bay

Transports

Sans voiture, il est assez laborieux de se rendre d’un point A à un point B. Tobago ne mesure peut-être que 60 km de long, mais atteindre Charlotteville à partir de Crown Point par une combinaison de covoiturage, de bus et de maxi-taxi nous a pris un peu plus de 3h. En effet, les bus sont peu fréquents (aux 1h ou aux 2h), ils sont presque toujours en retard (en moyenne de 30 à 45 minutes), quand ils ne sont pas annulés parce qu’un chauffeur a décidé de prendre congé. En outre, les horaires ne peuvent être obtenus que sur place. Le guide Petit Futé est d’ailleurs bien fait pour ça, car il vous donne une idée de l’heure des bus, alors que le guide Lonely Planet se limite à leur fréquence. Le meilleur moyen de voyager, sans voiture, demeure les maxi-taxis ou route-taxis, qui desservent les principales villes dans un temps raisonnable. Ils coûtent toutefois de 3 à 4 fois plus cher que le bus (12$TT maximum pour un aller, soit environ 2$US), ce qui reste quand même abordable. Si vous souhaitez louer une voiture, prenez-vous d’avance et attendez d’avoir 25 ans pour visiter T&T, car personne n’acceptera de vous en louer en deçà, même en vous chargeant un extra.

Coût de la vie

La seule chose vraiment économique à T&T est le transport en commun. L’hébergement et la restauration sont généralement dans les standards nord-américains. À titre comparatif, en 2014, un sandwich 12 pouces Subway nous a coûté l’équivalent d’environ 7$US et un repas dans un « vrai » restaurant nous coûtait 25$US pour une entrée et un plat principal. Au moins, les taxes sont incluses dans le prix donné! Une nuit dans une chambre d’hôte (gîte) nous aura coûté en moyenne 80 à 100$US. Il y avait moins cher à l’occasion, mais soit il n’y avait plus de disponibilités, soit les commentaires sur TripAdvisor étaient mitigés, alors nous sommes allés avec des options qui ressemblaient plus à ce que nous aurions loué chez nous.

Alimentation et eau potable

Je ne sais pas si c’est parce que dans mon coin de pays, tous les restaurants ouvrent généralement tous les jours midi et soir, mais nous avons vraiment eu de la difficulté à trouver chaussure à notre pied à T&T en termes d’alimentation. Pourtant, nous étions préparés à manger de la « bouffe de rue ». Les établissements recommandés par le Lonely Planet étaient presque toujours fermés au moment où nous arrivions (jour de la semaine, heure des repas), malgré les indications détaillées du guide. Était-ce par manque de clients locaux? Les produits trouvés dans les petits dépanneurs ne suffisaient généralement pas à constituer un repas soutenant non plus, et les sandwiches au beurre d’arachide nous ont accompagnés tout au long du voyage.

Aspect vraiment positif de T&T: même le plus petit village reculé est desservi par un réseau d’eau potable et l’électricité. On peut consommer l’eau du robinet sans craindre d’être malade, notre expérience le prouve, même si certains Trinidadiens ne nous le recommandaient pas a priori. Le goût n’est pas terrible dans certaines parties de Port-of-Spain, la capitale, en raison de la forte chloration, mais c’est quand même rassurant de savoir que vous n’aurez pas la tourista à T&T.

Le bon guide de voyage

Pour terminer, à T&T, votre meilleur ami sera la version la plus récente du guide Le Petit futé. Nous étions partis munis seulement du guide Lonely Planet et nous avons éprouvé des difficultés à répétition pendant notre voyage « par sa faute ». Évidemment, un guide qui passe 288 pages sur une destination à comparé à 47 ne peut qu’être plus complet. Les itinéraires des randonnées y sont entre autres mieux décrits. Mais même si le Lonely Planet ne remontait qu’à 2011 (2012 pour Le Petit futé), plusieurs restaurants et auberges avaient fermé leurs portes depuis. Les coûts indiqués étaient heureusement toujours valides la plupart du temps. D’où l’importance de traîner la version la plus à jour, si possible.

La modernité a rejoint Port-of-Spain, la capitale

La modernité a rejoint Port-of-Spain, la capitale

N’hésitez pas à utiliser la zone commentaires pour poser des questions, il me fera plaisir de vous répondre!

 

Publicités