Mots-clefs

Dans l’imaginaire populaire, cette région est à faire rêver, avec ses villes aux pierres blanches polies par le temps, ses eaux turquoises et sa belle météo. Dans la réalité, les paysages sont beaucoup plus arides et montagneux que je l’avais imaginé. La végétation est principalement constituée de maquis, de laurier rose, de pins, d’ifs, de palmiers et de rosiers. Côté température, elle est à mon avis parfaite en mai, en juin ou en septembre, où il fait suffisamment chaud pour se saucer dans la mer et déguster du gelato dès le lever, sans que ça soit trop chaud. Mais soyons réalistes, rien n’est parfait et il peut pleuvoir plusieurs jours d’affilée!

La Croatie est beaucoup plus montagneuse que ce à quoi je me serais attendue

La Croatie est beaucoup plus montagneuse que ce à quoi je me serais attendue

Adriatique4

Une vue digne de cartes postales à Jelsa, sur l’île de Hvar

Dans l’ensemble, je garde comme souvenirs l’omniprésence des montagnes et la couleur de l’eau, en dégradés de bleu allant du vert au noir. Je n’irais par contre pas jusqu’à déclarer que c’est le plus bel endroit que j’aie vu de toute ma vie. Il faut (re)dire que vous m’entendrez rarement émettre des « WOW ! » ou des « Magnifique ! ». J’ai ce genre de personnalité difficile à émerveiller, que voulez-vous. N’empêche que c’était bien joli et je suis certaine que vous adorerez aussi. Ce qui est génial dans cette région, c’est la possibilité de combiner randonnées, sorties à la plage, dégustation de vins, croisières entre les îles et déambulations sur les pavés usés de villes animées.

Adriatique2

Des montagnes défilent encore et toujours dans le paysage

Les eaux turquoises de Mali Jezero, sur l'île de Mljet

Les eaux turquoises de Mali Jezero, sur l’île de Mljet

Adriatique1

Laurier rose au Monténégro

Au cours des prochaines semaines, je continuerai de vous présenter mes impressions des différentes villes où nous avons séjourné ou été de passage, série déjà amorcée avec des articles sur Kotor et Volosko. Il ne s’agira pas d’un tour d’horizon exhaustif de ce qu’il y a à faire dans chaque ville ni d’un palmarès des meilleures visites dans la région, mais tout simplement de mon expérience toute personnelle de chaque endroit. Lors de ce voyage, j’avoue ne pas avoir été très disciplinée dans mes promenades; plutôt que de suivre un itinéraire optimisé pour ne rien manquer des principaux édifices d’intérêt mentionnés dans les guides de voyage, je m’en suis presque toujours tenue à arpenter les vieilles villes au hasard, en essayant de couvrir toutes les rues et recoins, mais sans vraiment prendre le temps de m’informer sur ce que je voyais. C’était différent!

Publicités