Mots-clefs

,

Je m’apprêtais à parler de mon expérience avec la restauration lors de mon dernier voyage majeur quand m’est venue la constatation qu’au fond, j’avais vécu le même genre de déceptions culinaires lors de voyages précédents. Comme tous les goûts sont dans la nature et comme je ne détiens pas la science infuse, l’article qui suit se veut une analyse très personnelle de l’offre alimentaire dans les pays que j’ai visités. Je suis curieuse de connaître vos impressions, donc n’hésitez pas à commenter ci-dessous!

Aujourd’hui : les restaurants

Parlons budget

Comme vous l’avez sûrement compris depuis tout ce temps, je ne voyage pas dans le grand luxe, sans nécessairement être prête à dormir sur le sofa d’inconnus ou manger des sandwichs au beurre d’arachide trois fois par jour pour sauver de l’argent à tout prix (deux c’est bien assez!). J’essaie plutôt de trouver des restaurants, des lieux d’hébergement et des activités qui présentent un bon rapport qualité/prix. Le budget total que je me fixe est d’environ 70 € par jour (par personne) pour les pays où le niveau de vie est similaire à celui de mon pays, soit plusieurs pays d’Europe, d’Amérique et d’Océanie.

Par expérience, en voyage dans ces pays, me nourrir me coûte environ 15 € par jour, incluant un repas au restaurant. Comme il s’agit d’une moyenne, cela veut dire qu’il y a des jours où je me contente d’un kebab et d’autres jours où je me mets en quête d’un restaurant assis avec service aux tables pour une expérience plus complète. Dans cette catégorie, je recherche des établissements où un repas me coûtera au plus 25 € – taxes et pourboire inclus. Ça peut paraître énorme, mais ce montant correspond à ce que je débourserais dans un restaurant chez moi pour me faire plaisir : table d’hôte dans un « apportez votre vin » en soirée, plat principal de viande ou de poisson dans un établissement plus raffiné, sélection de sushis avec entrée, etc.  C’est donc mon standard personnel. (Encore qu’en dehors de mes vacances, je ne me permets qu’un repas ou deux à ce prix par mois!)

La diversité et le raffinement des menus

Sur la côte Est de l’Adriatique, je m’attendais à me régaler de fruits de mer et de poisson frais, servis avec des salades croquantes pleines de légumes et de fruits colorés. Dans les faits, avec mon budget, j’ai surtout eu affaire à du poisson ou de la viande grillé(e) trop cuit(e), des hamburgers et de la pizza, presque toujours servis avec des frites. Agréable de temps à autre, mais un peu lourd à tous les jours! J’ai aussi trouvé que l’offre variait peu d’un restaurant à l’autre et ce, peu importe la ville visitée. Dans cette région, les seuls endroits qui ont réussi à se distinguer à mes yeux sont Moho à Volosko (pizzas, pâtes et salades inspirées) et le café de l’hôtel Degenija près du parc de Plitvice où un simple « wrap » rempli de chili con carne a fait mon bonheur. Au fond, j’avais surtout besoin de « varier les plaisirs culinaires ».

Repas typique au resto pour petit budget

Festin sur le gril à Paklenica (Croatie)

À Trinité-et-Tobago, je m’attendais à une fête d’épices issues de la cuisine indienne, mais encore une fois, avec mon standard, je me suis souvent retrouvée attablée devant de la viande ou du poisson grillé(e) trop cuit(e) servi(e) avec des accompagnements du genre que j’aurais cuisinés chez moi : macaronis au fromage, salade de chou et légumes en conserve. Plusieurs restaurants vendus comme des bonnes adresses dans les guides Lonely Planet et Routard – car inventifs et/ou savoureux – nous ont laissés de marbre car pas du tout à la hauteur des qualités annoncées. (Entre nous, les Trini aiment vraiment le poulet frit, les beignes et les cafés aromatisés ultra-sucrés! Beaucoup de bannières de restauration rapide, dont certaines purement trini.) La bouffe de rue (doubles, rotis) est peu chère et pleine de bonnes saveurs, mais j’en ai peu ou pas rencontré à l’extérieur de Port of Spain, la capitale, qui a peu à offrir en termes de visites.

Shiann's à Port of Spain, une institution pour le roti

Shiann’s, une adresse correcte à Port of Spain où se procurer un roti

En Suisse, en Allemagne et en France, aucun restaurant ne m’a vraiment satisfaite, même dans la catégorie « asiatique », qui constitue généralement une valeur sûre à mes yeux. J’y ai mangé beaucoup de saucisses, de viandes froides, de baguette de pain, de fromage et de döner kebab…très santé!

En Bavière, la saucisse et le bretzel sont à l'honneur

En Bavière, la saucisse et le bretzel sont à l’honneur

Est-ce que les mêmes plats vous semblent meilleurs, égaux ou moins bons en voyage qu’à la maison? Est-ce que la qualité des ingrédients de base peut avoir une incidence aussi importante sur le goût final des recettes? Ou bien est-ce seulement une forme de mal du pays que je vis?

Enregistrer

Enregistrer

Publicités