Étiquettes

, , ,

Avec l’éruption du Kilauea survenue en 2018, les informations présentées dans cet article ne sont malheureusement plus du tout à jour. Les liens présentés au second paragraphe pourront toutefois vous renseigner sur les observations possibles à l’heure qu’il est.


Si l’on exclut les excursions par les airs ou par la mer, qui sont assez dispendieuses, la seule façon d’observer la coulée de lave active consiste à marcher ou à rouler* jusqu’à elle. En février 2017, on y accédait par Kalapana, par l’extrémité sud-ouest de la route 130 (difficile à manquer; il y avait des centaines de voitures stationnées). La randonnée faisait 7 km jusqu’à l’aire d’observation aménagée à 800 m à l’est de l’endroit où la lave  rencontrait l’océan.

Comme vous, nous avons vu sur internet des photographies où des personnes approchaient la lave en cours de refroidissement au point de pouvoir y faire des grillades (une pratique dangereuse et, pour ceux qui croient en la déesse Pele, irrespectueuse). Ces photographies datent cependant de quelques années, puisque, dorénavant, la randonnée se fait dans un contexte beaucoup plus encadré. Il est possible de poursuivre au-delà de la dernière barrière à ses risques et périls, bien entendu, mais je ne suis pas certaine que le point de vue en vaille la peine. Il est aussi possible de stationner à l’extrémité est de la Chain of Craters Road, dans le Hawai’i Volcanoes National Park**, et marcher 6,5 km vers l’est, mais les chances que la vue soit obstruée par des panaches de fumée sont plus élevées que par l’autre côté. Les indications que je présente pourraient ne plus être valides lors de votre visite en raison des conditions changeantes du volcan. Cette page (en anglais) résume les façons d’observer la lave qui sont en vigueur, tandis que la page officielle de l’observatoire de l’USGS (aussi en anglais) renseigne sur l’éruption en cours.

Par Kalapana, le sentier correspond à la route d’évacuation d’urgence aménagée par le County en juin 2016 et est recouvert de gravier, à l’exception des 600 derniers mètres, qui consistent en un tracé balisé à même la lave durcie. La randonnée est donc facile, bien que fatigante en raison de la chaleur. Apportez beaucoup d’eau! Le trajet prend environ 1 h en vélo ou 2h30 à pied, aller-retour et excluant le temps d’observation. Le bon plan consiste à partir environ 1 h avant le coucher du soleil. Ainsi, vous ferez l’aller à la lumière du jour, mais pourrez profiter d’un spectacle plus impressionnant la nuit tombée, en raison du rougeoiement de la lave. Les sites de conditions météorologiques vous renseigneront sur l’heure exacte du coucher du soleil, variant entre 18 h et 19 h selon la période de l’année. L’accès par Kalapana est ouvert de 15 h à 21 h. Pendant ces heures, des rangers sont postés à intervalles réguliers pour assurer la sécurité des usagers du sentier.

Dans la première partie du trajet, vous constaterez que ces terrains inhospitaliers constitués de lave durcie ont tout de même attiré quelques locataires!

Au loin, la lave coule en surface.

Si vous êtes du genre à vous arrêter à toutes les deux minutes pour photographier la lave pāhoehoe, je vous conseille de partir au moins 30 minutes plus tôt que nécessaire à l’aller, autrement vous finirez la randonnée dans le noir!

Je vous préviens : mes photos ne rendent pas justice à la beauté de la coulée de lave active du Kilauea. Un peintre aurait peut-être réussi à rendre fidèlement l’infinie déclinaison de jaunes et d’orangés que l’œil humain peut percevoir, mais pas l’objectif de mon appareil-photo, malgré l’utilisation d’un trépied et d’une panoplie de combinaisons de vitesse, d’ouverture et de sensibilité ISO. Tout de même, je crois être parvenue à vous donner un aperçu des jeux d’ombre et de lumière dont nous avons été témoins. On y voit relativement bien les reflets sur les parois rocheuses en arrière-plan de la fontaine de lave.

Bien que la vue consiste surtout en des panaches de vapeur, l’on entrevoyait de la lave pure couler par moments –les anglophones parlent de fire hose–, ce qui suscitait invariablement des « Oooh » et des « Aaaah » de la part des spectateurs. Bref, une expérience inoubliable et complètement gratuite, pourvu que l’on soit prêt à marcher un peu.

Panache de fumée en vue…nous y sommes presque!

* Du côté de Kalapana, de nombreuses compagnies louent des vélos pour la somme de 20 $US. Ceci inclut le prêt d’un casque, des lampes et des bouteilles d’eau. Personnellement, j’avais tout mon temps et j’aime marcher, donc ça ne me dérangeait pas le moins du monde d’économiser sur cette activité.

** Laisser-passer requis, au coût de 20 $US par voiture.

Publicités