Étiquettes

, , , , , , ,

Loin de présenter la même densité d’édifices anciens et la même étendue que le Vieux-Québec, le quartier du Trait-Carré regroupe tout de même suffisamment de bâtiments patrimoniaux pour qu’on s’y attarde quelques heures. Situé dans une ancienne banlieue de Québec, dans l’arrondissement de Charlesbourg, le quartier fut fondé par les Jésuites vers 1663. Le quadrilatère recèle de beaux exemples de maisons traditionnelles franco-québécoises allant du XVIIe siècle au milieu du XXe siècle (après, ça s’est gâté ;-). Bien que l’endroit soit complètement urbanisé de nos jours, on y retrouve encore des éléments architecturaux typiques de l’habitation rurale québécoise, comme les galeries occupant toute la largeur de la façade des maisons et les toits mansardés.

Le quartier se découvre à pied à partir du moulin des Jésuites, dont la version actuelle fut érigée vers 1740. L’endroit est d’ailleurs l’occasion d’une belle activité avec les enfants et constitue le point de départ de visites guidées. Tournez vers l’ouest sur le boulevard Louis-XIV et arrêtez-vous à la bibliothèque Paul-Aimé Paiement, réputée pour son aile moderne et son toit vert, puis descendez la 1re Avenue jusqu’au Manoir du Spaghetti.

La plus vieille aile de la bibliothèque est installée dans l’ancien collège des Frères Maristes.

Revenez sur vos pas jusqu’à l’intersection de la 1re Avenue et du boulevard Louis-XIV pour admirer l’église Saint-Charles-Borromée (1830) et ses vitraux restaurés avec, en face, le presbytère d’inspiration Second Empire (1876) et sa mosaïculture se renouvelant d’année en année. Sur le chemin, vous croiserez quelques jolies demeures d’époque. Poursuivez vers l’ouest jusqu’au prochain pâté de maison pour goûter les douceurs de la Fudgerie dont le magasin à l’ancienne est un plaisir autant pour les dents sucrées que pour les yeux. Empruntez ensuite la rue du Trait-Carré Ouest vers le nord, question de découvrir trois maisons bien entretenues. (Malheureusement, les règlements d’urbanisme n’ont pas toujours été ce qu’ils sont et ont permis la construction d’immeubles vraiment ordinaires sur la même rue.)

Église Saint-Charles-Borromée

En été, vous verrez beaucoup d’hémérocalles et d’hostas dans les aménagements

La Fudgerie, avec son toit mansardé

Cette grange, située dans la cour de la maison Girondin-Beaudet, est probablement la mieux conservée du quartier

À l’issue de la rue du Trait-Carré Ouest, bifurquez à gauche pour vous accorder une pause gourmande chez Chocolats Favoris (crème glacée molle trempée dans le chocolat, chocolats chauds et produits dérivés, un délice) ou chez Les Caprices d’Axelle (anciennement Le Fournil du Trait-Carré), une petite boulangerie-pâtisserie qui vient de se doter d’un café. Mon coup de cœur de l’endroit : le kouign-amann. Redescendez par la rue du Trait-Carré Est (encore quelques maisons avec un certain cachet) et vous serez revenus près de votre point de départ. Vous pouvez compléter le quadrilatère par la rue de Trait-Carré et revenir par le boulevard Louis-XIV, si le temps le permet.

Œils-de-bœuf et clôture de toit ornent la maison Duhault-Bilodeau, abritant les Chocolats Favoris

De par son organisation, il est impossible de marcher le quartier sans revenir sur ses pas au moins une fois, si l’on veut s’en tenir aux rues les plus belles. Vu des airs, le Trait-Carré est facilement reconnaissable, avec son quadrilatère entouré de terres partant dans toutes les directions, tels les rayons du soleil. Cet arrangement particulier, ayant pour buts de maintenir le bétail dans la commune centrale et de rapprocher les habitations à la fois les unes des autres et du centre de la communauté, était plus visible avant la dernière phase d’urbanisation du secteur, dans les années 1950-1960, mais on en distingue encore les vestiges. Vous remarquerez peut-être aussi les nombreuses maisons tournées vers le sud, en contradiction avec le sens de la rue. Cette orientation permettait de profiter au maximum de l’ensoleillement.

Plusieurs activités animent le Trait-Carré tout au long de l’année : spectacles musicaux au parc de la Commune en été, Halloween au moulin, exposition de crèches en décembre, etc. Toutes ces activités, d’abord destinées aux résidents, font du Trait-Carré un quartier vivant malgré son caractère banlieusard. Personnellement, c’est à l’automne, quand les feuilles ont changé de couleur et commencent à s’accumuler par terre, que je préfère m’y balader.

Si vous désirez en apprendre plus sur les bâtiments patrimoniaux rencontrés pendant votre balade, je vous recommande un arrêt au bureau d’arrondissement afin de récupérer le dépliant intitulé Le Trait-Carré, l’histoire d’un tracé unique. Le bureau est situé au 160, 76e Rue Est et est ouvert du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 16 h 30. Je présume que l’on peut aussi s’en procurer à la maison Éphaïm-Bédard (7655, chemin Samuel), siège de la Société d’histoire de Charlesbourg.

Y aller en transports en commun

Rien de plus facile! Du centre-ville, prenez le parcours 801 du Réseau de transport de la Capitale (RTC). Où acheter vos billets ? Au centre de services du 884, rue Saint-Joachim ou tout autre point de vente listé ici. Durée du trajet : environ 30 minutes. Arrêt à destination : Terminus Charlesbourg.

Autres liens utiles

Publicités