Étiquettes

, , ,

Alors que l’article d’il y a deux semaines était plus technique, je vous partage aujourd’hui nos arrêts gourmands préférés dans la région, qu’il s’agisse de vignobles, de fromageries, de restaurants ou de vergers. Parce qu’avant de partir, je prends le temps de recueillir des suggestions auprès d’amis, de blogueurs et de journalistes, et que je pense que mes opinions peuvent intéresser ceux qui se préparent comme moi ;-)

Les endroits que nous avons le plus aimés (sans ordre de préférence)

Trail Estate Winery (416, Benway Rd, Hillier)

Pour l’approche –vins assemblés en petites quantités et de façon artisanale– et l’échelle, humaine. Les conseillers ont pris le temps de s’asseoir avec nous au comptoir pour discuter pendant la dégustation. Ce vignoble étant tout jeune, les vins proposés jusqu’à maintenant étaient élaborés à partir de raisins d’autres régions ontariennes, mais à partir de 2018, des vins « princiers » devraient être disponibles.

Petite attention gentille à signaler : voyant que nous étions à vélo, le conseiller nous a proposé de mettre nos achats de côté pour repasser les chercher à la fin de notre randonnée.

Sandbanks Winery (17598, Loyalist Parkway, Wellington)

Pour l’accessibilité de l’endroit, autant dans les prix que dans l’accueil chaleureux et sans prétention des conseillers, et la grande quantité de vins offerts. Avec autant de choix, difficile de ne rien trouver à son goût. Pour ma part, coup de cœur pour Love, un apéritif à base de vidal et de liqueur de cassis. Situé relativement près du Sandbanks Provincial Park, ce vignoble est parfait pour les familles, avec son aire de pique-nique ouverte à tous. Des ensembles pour le pique-nique et du vin au verre sont d’ailleurs disponibles sur place.

Devil’s Wishbone Winery (1014, County Rd 7, Prince Edward)

Parce que c’était notre première dégustation du voyage et que nous avons immédiatement trouvé chaussure à notre pied dans les vins blancs. Pas très étoffé comme argumentaire, je sais ;-)

County Cider Company (657, Bongards Crossroad, Waupoos)

Pour la variété et l’originalité des produits, l’aménagement du lieu et la présence d’un râtelier à vélo. Les cidres pétillants aromatisés à l’orange sanguine et aux petits fruits sortent vraiment de l’ordinaire, tandis que le Tortured Path rappelle très bien les cidres traditionnels britanniques. Seul bémol : il aurait été sympa de lever les frais de dégustation à l’achat d’une certaine quantité de bouteilles, comme c’est généralement le cas.

 

Et ceux qui nous ont laissés froids (et pas à cause du goût des vins)

The Grange of Prince Edward et Norman Hardie Winery and Vineyard

Pour l’attitude hautaine ou absente des conseillers (le mot est un peu fort, mais vous voyez le genre), et le peu de produits offerts en dégustation par rapport à ce qui est disponible pour la vente. Personnellement, à ces prix-là (plus de 20$ la bouteille), si je ne peux goûter, je ne prends pas le risque d’acheter. Nous avons bien essayé de négocier pour échanger un vin de la liste contre un qui nous intéressait, mais on nous a poliment ramenés vers la liste. J’avais pourtant lu tant de bien sur ces vignobles dans diverses revues et articles! J’ai l’impression qu’à force de recevoir des louanges, ces maisons se sont un peu enflé la tête.

14$ pour un sandwich chez Norman Hardie…il fallait vraiment être désespéré.

Hinterland Wine Company

Pour ne pas nous avoir proposé d’alternative de dégustation, après nous avoir appris que le vin que nous voulions essayer était en rupture de stock (Borealis, un rosé mousseux). Pas très vendeur, d’autant plus que nous avons réalisé dès le prochain arrêt qu’Hinterland n’avait pas le monopole du rosé mousseux dans le coin (Rosehall Run offre même une dégustation tout en bulles). Tout de même, un bon cidre aromatisé à la cerise dont j’aurais dû faire des provisions.

Dans l’ensemble, j’ai eu l’impression, dans certains vignobles plus haut de gamme, que mon âge et/ou mon accoutrement de cycliste nuisaient à mon image d’acheteuse potentielle et résultaient en un certain désintéressement de la part des conseillers avant même de m’installer au comptoir. Était-ce le fruit de mon imagination?

*Vous trouverez ici une carte de tous nos arrêts. Si je n’ai pas parlé d’un endroit, c’est que je n’avais rien de spécial à dire à son sujet.

Bonne et heureuse année 2018!

Publicités