Étiquettes

, , ,

Il m’arrive rarement de consacrer un article entier à un restaurant, préférant glisser un mot sur les établissements que je juge dignes d’intérêt au détour d’un discours sur un quartier ou une ville. Toutefois, La Bonne étoile m’a tellement enthousiasmée que je n’ai pas voulu attendre de terminer ma série sur la France avant de vous en parler. Comme il s’agit d’un restaurant éphémère, il me fallait de toute façon passer vite le mot pour que vous ayez le temps de vous y précipiter avant la fin octobre!

Le restaurant Rioux et Pettigrew (anciennement le Quai 19) faisait déjà partie de mes bonnes adresses à Québec, autant pour la qualité de la nourriture et du service que pour le décor chaleureux. Après avoir déménagé début 2017 pour s’établir à quelques pas de l’ancienne adresse, l’équipe était prête pour un nouveau projet : un restaurant éphémère mettant en vedette les produits du Québec, localisé à l’arrière –littéralement– du restaurant-mère.

Chaleureux et intime

Passage par les cuisines pour accéder à la salle à manger : déjà, on a l’impression d’être dans le secret. Installé à de grandes tables en bois entre deux groupes d’inconnus, on se sent pourtant intime grâce à l’aménagement des couverts.

Le décor, où le bois domine, est à la fois champêtre et moderne, meublé d’antiquités de provenance parfois inusitée. Même la vaisselle est de facture locale, tandis que les mignons « tableaux » accrochés aux murs sont l’œuvre d’artistes de Trois-Rivières et de Montréal.

Du quai Saint-André, on pourrait facilement rater la perle qui se cache derrière cette discrète façade.

Généreux et élaboré

Pour apprécier pleinement le concept, il est indispensable d’opter pour le « mois en cours ». Ce menu dégustation couvre (presque) tous les items de la carte sous le format d’assiettes à partager avec l’ensemble des convives. Et soyez rassurés : vous ressortirez du restaurant avec l’envie de faire une promenade, ce qui tombe merveilleusement bien, étant donné le cachet et l’ambiance du quartier.

De la mise en bouche à la finale originale, l’équipe propose une succession de plats qui s’enchaînent drôlement bien, résultat d’un processus à la fois créatif et réfléchi. Le travail de recherche transparaît à l’œil et au goût, que ce soit par l’utilisation d’aliments comme l’huile de cameline (une plante à fleurs jaunes) et l’amande du noyer noir, ou par la magnifique présentation du fromage le Frère Chasseur, sous la forme d’une fleur. Une partie de l’expérience consiste d’ailleurs à regarder Alexandra Roy et Charles Provencher-Proulx dresser minutieusement les assiettes. Ceux qui les verront à l’œuvre ne pourront nier que la cuisine est une forme d’art!

Seul ombre au tableau : les premiers services sont tellement épatants que les derniers risquent de paraître moins remarquables, malgré de belles surprises.

La Bonne étoile fait des légumes les vedettes de plusieurs assiettes, pour notre plus grand bonheur.

Potage froid aux courgettes, sureau et cameline

Notre coup de cœur à tous, le tartare de bœuf, carottes et tagètes

Des ingrédients québécois même dans le verre

L’expérience ne saurait être complète sans explorer la carte des breuvages –alcoolisés ou non–, misant aussi sur de beaux produits québécois comme le nouvel amaretto Avril, à base de noix forestières. Les cocktails goûtés étaient tout simplement divins, me rappelant ceux de Pickled Fred à Londres, dont je vous reparlerai certainement d’ici Noël ;-)

Un service à la hauteur

Étant donné la quantité restreinte de places (30), l’équipe est en mesure d’assurer un service attentionné.

En conclusion : un régal autant pour les yeux que pour le palais.


Détails techniques

Menu : c’est par ici. Un menu par mois entre juillet et octobre 2018.

Horaire : du mardi au samedi, à partir de 17h30.

Adresse : 160, rue Saint-Paul, Québec (Canada)

Prix : À presque 100 $CAN par tête pour le repas (incluant un ou deux breuvages, taxes et service), ce genre d’expérience ne s’adresse évidemment pas à toutes les bourses, mais cela en vaut tellement la peine qu’il faut absolument trouver une occasion de se le permettre au moins une fois!

Publicités