Étiquettes

, , , , , , ,

Si Tours était déjà bien du point de vue architecture, Blois est vraiment le summum de la belle ville française à mes yeux. Preuve de mon coup de cœur pour Blois, mon premier tri en vue de cet article a généré plus de 25 photographies!

Une question d’aménagement

Dans le centre-ville, on perçoit qu’il y a eu réflexion au niveau de l’aménagement du territoire : mise en valeur de la topographie par une construction à flanc de coteau, en bord de Loire, organisation des grandes artères, répartition spatiale des monuments historiques (autrefois piliers de la vie sociale), etc.

Malgré le labyrinthe de petites rues, difficile de s’y perdre : peu importe la direction prise, on finira presque toujours par repasser par l’escalier Denis Papin, par la place du Château ou par la place Saint-Louis, trois lieux très photogéniques.

Dès le premier coup d’œil, Blois dévoile un beau profil.

Au-delà de la statue, l’escalier Denis Papin offre une magnifique perspective sur la rue du même nom et le pont Jacques-Gabriel.

De partout dans la basse-ville, les regards se portent sur le superbe clocher de la cathédrale Saint-Louis.

Une architecture classique mais pas banale

Une des raisons pour lesquelles j’avais autant de difficulté à choisir les photos est qu’il y a tellement de beaux bâtiments : maisons à pans de bois, maisons plus récentes en pierre, château royal de Blois, Maison de la Magie, cathédrale Saint-Louis, église Saint-Vincent-de-Paul et ainsi de suite.

Ayant décidé de consacrer une journée complète à Blois, j’ai pris plaisir à sillonner le plus de rues possible dans le centre historique, de façon à ne manquer aucun trésor caché.

La maison de l’acrobate –probablement en référence aux figures sculptées–, l’une des plus vieilles maisons de Blois (pré-1480) et certainement l’une des plus intéressantes.

Vue vers la Loire depuis la place de l’hôtel de ville

Le Son et lumière est l’occasion d’admirer l’assemblage de quatre styles architecturaux dans la cour du château royal : médiéval, gothique, Renaissance et classique.

Ma seule déception

Cet article aux magnifiques photos avait attisé ma curiosité au sujet de la Fondation du doute, sorte d’espace consacré à l’art contemporain où les œuvres  « interpellent, poussant à la réflexion et à la participation ». J’avais toutefois mal noté les heures d’ouvertures et j’ai dû me contenter de la cour du Doute, dont le Mur des mots m’a tout de même captivée pendant plus de 20 minutes (et donné lieu à pas mal de clichés!). Même Monsieur a trouvé certaines citations ou réflexions amusantes!

Quelques suggestions pour foodies

Bien qu’il ne s’agisse de rien d’exceptionnel, nous avons apprécié la terrasse et les glaces gourmandes de La Scala, un restaurant italien familial avec quelques succursales en France. Où ? 6, rue des Minimes. Quand? Midi et soir, 7 jours sur 7. Combien ? Environ 11 le repas et 7 la glace (à ce prix-là, le partage est de mise!).

Pour ce qui est des pâtisseries, je vous recommande la boulangerie Lamargot. Où ? 52, rue Denis Papin. Quand ? De 7h à 20, du jeudi au mardi.

Enfin, si vous avez envie d’un goûter à déguster à la chambre ou dans un parc*, combinez un plateau de charcuteries acheté en épicerie aux vins, fromages et à-côtés (confitures, tapenades, terrines, conserves) de la boutique O Di-Vins Fromages. Une belle offre de produits sélectionnés avec soin par le propriétaire, accompagnée de judicieux conseils. Où ? . Quand? 15 pour une bouteille et une petite meule de fromage.

*Ceci n’est pas une incitation à boire dans les lieux publics, si vous mangez au parc, gardez la bouteille pour plus tard! ;-)

À venir dans deux semaines : le secret le mieux gardé de Blois !

En entrant dans le parc jouxtant l’hôtel de ville, nous étions loin de nous douter de l’heureuse surprise qui nous attendait.

Publicités