Étiquettes

, , , ,

Cet attrait atypique n’est peut-être pas un incontournable pour une première visite, mais c’est LA chose dont j’avais le plus hâte de vous parler à la suite de mon second séjour dans la capitale anglaise! Et même si j’avais envie de vous présenter les photos de presque toutes les œuvres que nous avons croisées tellement j’ai flashé, j’ai préféré me limiter à quelques images pour vous laisser découvrir le reste par vous-même, sans compter que le paysage est relativement évolutif dans le secteur ;-)

Les noms de Spitalfields et de Shoreditch n’évoqueront probablement rien pour vous, mais c’est dans ces quartiers de l’East End que nous avons pris plaisir à chercher les œuvres d’artistes plus ou moins célèbres du milieu de l’art urbain. Suivant le parcours gratuit décrit sur cette page, la balade débute à Liverpool Street Station, dont les belles structures métalliques ont été mises en valeur par une restauration effectuée dans les années 1990.

On suit d’abord Middlesex Street, où les « graffitis » sont dispersés et souvent moins élaborés que ce que l’on verra plus tard. Tout de même, plusieurs œuvres de ce secteur méritent le détour et, si vous commencez directement dans un secteur trop « dense », vous ne vivrez pas l’excitation de la chasse au trésor! Car le jeu de « cherche et trouve » constitue une bonne partie du plaisir de la balade.

Une lettre de l’artiste Eine, dans Middlesex Street

Dans Toynbee Street, les dessins commencent à se faire plus nombreux, les graffeurs n’hésitant pas à exploiter tout l’espace disponible et à juxtaposer leurs œuvres à d’autres d’un style complètement différent.

Toutes les surfaces sont bonnes pour ajouter son grain de sel!

L’art urbain prend toutes sortes de formes, ici des collages.

À un certain point de l’itinéraire, nous croisons l’Old Spitalfields Market, un bel arrêt autant au plan de l’architecture (victorienne) que culinaire (à l’heure du déjeuner). Nous passons quelques minutes à explorer les boutiques d’artisanat et d’articles de mode, qui ferment à 17h, ainsi que le joli parc urbain aménagé en périphérie du marché.

En repartant vers l’est dans Hanbury Street, c’est le début de la profusion : nous n’avons pas assez d’yeux pour admirer toutes les œuvres qui nous entourent. C’est définitivement mon segment préféré!

Reconnaissez-vous le personnage principal?

Après une petite pause pour profiter de l’happy hour chez Pickled Fred –établissement ayant malheureusement fermé ses portes depuis notre visite–, nous retournons sur Brick Lane. Le passage dans Sclater Street est spectaculaire, orgie de couleurs et de motifs. Selon notre guide virtuel, la balade pourrait se poursuivre encore un bon moment, mais, faute de temps –et parce que nous « chassons » l’art urbain depuis quatre heures déjà–, la visite se termine pour nous à la station Shoreditch High Street. La suite une autre fois!

Conseil de visite

Dans la première partie de l’itinéraire, de Liverpool Street Station à Sclater Street, de nombreux graffitis se cachent sur les rideaux métalliques des commerces ou sur les portails des stationnements. Il est avisé d’effectuer une partie de sa visite avant l’ouverture des commerces (±10h) ou après leur fermeture (±17h), encore que ce ne soit pas essentiel pour voir la majorité des œuvres. Par exemple, le magnifique portail ci-dessous (Hanbury Street) n’était pas visible à 17h, mais l’était à 19h.

Un mot sur le quartier

Quel quartier intéressant du point de vue architectural : on y croise autant de vestiges de l’ère georgienne que d’entrepôts désaffectés reconvertis. Berceau de la contreculture à une certaine époque, le secteur s’est embourgeoisé. Et s’il y a un endroit qui dégage l’aura hipster, c’est bien Shoreditch…

L’article suivant s’attarde d’ailleurs à cinq bâtiments d’intérêt faciles à manquer si vous ne portez attention qu’aux fresques colorées qui recouvrent les surfaces verticales du quartier comme moi ;-)

Visites guidées

Plusieurs agences offrent les services d’un guide en chair et en os pour découvrir une dizaine d’œuvres du moment avec anecdotes et contexte à l’appui. Personnellement, je préférais économiser 15 £ et manquer les explications, c’est pourquoi j’ai plutôt choisi de suivre les indications de cette page pour me diriger à travers le quartier.

Des promenades axées sur l’architecture sont aussi disponibles, notamment avec London Architecture Walks.

Publicités