Étiquettes

, , , , , ,

Même si la ville de Dunedin n’est pas arrivée à la cheville des attentes que le guide Lonely Planet avait instillées en moi en la décrivant comme « l’Édimbourg du sud », la voisine péninsule de l’Otago a amplement justifié le détour qu’un arrêt à Dunedin représentait sur notre trajet entre Christchurch et Te Anau*.

Les principales activités à faire dans la péninsule sont la visite du château Larnach (34$/personne), l’observation d’oiseaux (manchots bleus, manchots à œil jaune, albatros) et de mammifères marins (otaries à jarre, otaries à fourrure) et la randonnée. La péninsule regorge aussi de superbes plages quasi-désertes, dont Sandfly Bay, véritable cerise sur le sundae d’une région déjà coup de cœur. Enfin, la forme et la position de la péninsule de l’Otago en font un endroit parfait pour admirer le coucher du soleil.

Malgré toutes ces possibilités, simplement faire le tour de la péninsule en roulant reste à mon avis une excellente façon de la découvrir, en particulier pour celui qui a peu de temps ou de moyens à consacrer à la région. J’ai adoré m’arrêter un peu partout pour photographier les collines vertes tournant au doré sous la lumière déclinante du jour. Afin de ne rien manquer des magnifiques paysages, je vous recommande de suivre la route longeant la côte (Portobello Road) à l’aller et de revenir par les terres (par les collines), sans oublier de sillonner les routes secondaires.

Des collines verdoyantes, des routes étroites et sinueuses et des moutons…non, ce n’est pas l’Écosse, mais bien la côte est de l’île du Sud, en Nouvelle-Zélande!

Même si l’observation de manchots n’est pas couronnée de succès, on aura au moins l’occasion de voir un beau coucher de soleil (ici, à Harington Point).

Moyen de transport et hébergement

Je ne peux parler que de ce que j’ai expérimenté : la voiture est idéale pour parcourir l’île en quelques heures; à vélo, j’ai l’impression que les côtes et l’étroitesse des routes en décourageraient plus d’un. Seul défaut d’une visite en voiture, la difficulté à trouver des accotements assez larges pour s’arrêter sécuritairement afin de prendre des photographies, quoique ce soit un défi à peu près partout en Nouvelle-Zélande. Par exemple, la première photo de l’article a été prise sur Camp Road, près de l’entrée de Larnach Castle. La voiture a été garée dans un accès au champ, entre la route et la barrière. Un camping-car n’aurait probablement pas pu s’y glisser entièrement!

Pour ceux qui prévoient rester dans la péninsule après la tombée de la nuit et même si Dunedin est tout près, dormir sur place est un bon plan pour s’éviter un long trajet de retour dans le noir sur les routes étroites à flanc de colline. Je n’ai toutefois pas d’adresse en particulier à vous recommander, car notre hébergement dans le quartier de Weaverley était très ordinaire.

Portobello Road, la route tout en courbes qui longe la côte nord de la péninsule, n’est pas le genre de trajet que je rêvais d’entreprendre la nuit. Même s’il n’est pas réellement dangereux, il ne finit plus de finir aux yeux de celui qui est fatigué et a hâte de rentrer.

Conseils pour une observation réussie de manchots

Plusieurs réserves privées offrent des excursions guidées, des plateformes ou des caches d’observation à fort prix, mais des options gratuites existent, à condition d’être au bon endroit au bon moment. La meilleure période pour apercevoir des manchots demeure octobre à février –de la nidification au départ des oisillons–, mais il est tout de même possible d’en observer le reste de l’année. Ces petits animaux marins reviennent généralement au bercail au coucher du soleil, après une journée de chasse en mer.

Installés « clandestinement » à environ 150 m de la plateforme payante de Blue Penguins Pukekura, nous avons patienté longtemps avant qu’ils arrivent finalement, presque 30 minutes après l’heure officielle du coucher du soleil. Je conseille donc de vérifier cette donnée pour éviter d’attendre inutilement. Aux dires des locaux, Sandfly Bay, Victory Beach et Allan’s Beach sont de bons endroits pour en apercevoir gratuitement. À Victory Beach, les manchots se tiendraient près de la falaise au nord de la plage, tandis qu’à Allan’s Beach, ils nicheraient dans deux baies sableuses accessibles par les collines à l’est de la plage. De façon générale, respecter les consignes de sécurité (rester à plus de 200 m, caché, ne pas emmener son chien) est essentiel à la survie de l’espèce. À cette distance, les jumelles sont vraiment un atout. De notre point de vue au bord de la Harington Point Road, je peux confirmer que des oiseaux de 40 cm de haut, c’est tout petit. Au final, seule une dizaine d’individus est revenue au rivage ce soir-là et j’aurais été déçue d’avoir déboursé 35$ pour être sur la plateforme.

19h15 : La plateforme d’observation de Blue Penguin Pukekura à Harington Point. Les manchots retournent à leurs nids par la plage tout à gauche de la photo.

20h10 : nous attendons toujours l’arrivée des manchots.

En résumé, si vous voulez augmenter vos chances de bien voir les animaux, il est préférable de payer pour une excursion guidée qui vous amène à une cache. Si vous êtes plus aventureux et prêts à prendre le risque de ne pas en voir, vous pouvez tenter votre chance du côté des différentes baies sableuses de la côte est.


* En termes de kilomètres et de temps, il ne s’agit pas réellement d’un détour, mais j’ai l’impression que beaucoup de voyageurs négliglent complètement la portion sud-est de l’île du Sud dans leur itinéraire, en se précipitant vers l’ouest, où sont concentrés les attractions-vedettes.