Patchwork du printemps

Mots-clés

, , ,

Il y avait quelque temps que me trottaient dans la tête ces quelques destinations qui n’offraient pas assez de matière pour se valoir un article, mais dont au moins un élément m’avait laissé un souvenir mémorable. Étant dans un petit creux de voyage mais ayant tout de même le goût d’en parler (j’ai mes phases ;-), j’ai décidé de les regrouper, à la façon d’un patchwork. À me relire, je réalise que ces cinq endroits ont tout de même un point en commun : des bâtiments d’époque bien conservés !

Pied-à-terre parfait pour explorer le Prince Edward County voisin, Belleville n’est malheureusement pas à la hauteur de son nom. Il manque du cachet, un aménagement mieux réfléchi et de l’action à cette ville ontarienne d’environ 50 000 habitants pour la rendre plus attrayante. À la recherche d’un restaurant un dimanche soir d’été, nous avons vite constaté que tout fermait très tôt. En l’absence de piétons, il régnait une atmosphère funèbre sur Dundas Street, la principale artère. Il faut dire que ce boulevard « encadré de béton » n’invite pas particulièrement à la promenade.

Il y a tout de même deux raisons pour lesquelles je tenais à vous parler de Belleville. Tout d’abord, The Bike Room, un hybride entre un café et un atelier de réparation de vélo, ouvert dès 7h sur Dundas Street. Parfait pour mettre au point vos montures avant une excursion à vélo dans le County, et pour y rencontrer des humains –les Bellevillois semblent plus matinaux que vespéraux. Avec les portes de garage ouvertes en été, ce lieu est vraiment sympathique. Ensuite, l’hôtel de ville sur Front Street datant de 1873, une vision vraiment superbe. Comme à Sherbrooke, on voit que des efforts ont été mis au cours des dernières années pour rendre cette rue principale attrayante et vivante, que ce soit par la rénovation des façades et l’arrivée de petites boutiques, mais nous étions encore les seuls visiteurs malgré la belle soirée d’été.

Cette absence d’ambiance est-elle typique des villes de cette taille ou encore des villes ontariennes –on entend souvent dire que les canadiens anglais sont ennuyeux?

Front Street

Hôtel de ville

Cour à la mode chez Nice Ice Baby…mais où sont les Bellevillois?


Je ne suis jamais allée à Vérone (Italie), où se trouve une reconstitution du balcon rendu célèbre par la pièce de Shakespeare, mais c’est sur la rive opposée de l’Adriatique que je rencontrai celle que je qualifiai de « ville de Roméo et Juliette » en raison de ses nombreux balcons ouvragés. Ce village de seulement 270 habitants abrite 17 palazzi de l’époque où il était sous contrôle vénitien, entre 1420 et 1797. Occasion parfaite pour se dégourdir les jambes en route vers ou depuis Kotor. Le principal défi est de s’y garer (essayez le long de la route à cet endroit).


J’ai déjà mentionné le nom de Colmar comme point de départ d’une excursion vers Turckheim et comme suggestion de visite à partir de Strasbourg. C’est justement parce que ces deux villes avaient volé la vedette dans mon cœur que j’avais décidé de laisser Colmar de côté. Mais ce n’est pas que celle-ci soit inintéressante! Au contraire, on y retrouve l’Alsace typique avec ses maisons à colombages et ses fenêtres ornées de boîtes à fleurs. Une demi-journée suffit à la visite du cœur historique, construit entre les XIVe et XVIIIe siècles.

Quartier de la poissonnerie


En route vers ou depuis la Gaspésie, n’hésitez pas à vous arrêter à Rivière-du-Loup pour suivre à pied le circuit patrimonial d’une durée d’environ 1h30. Vous pouvez vous procurer le dépliant détaillant le circuit à l’office du tourisme, à l’hôtel de ville ou au manoir Fraser, ou encore visiter la page suivante. Plusieurs établissements intéressants pour se restaurer sur la rue Lafontaine.

Le manoir seigneurial des Fraser, bel exemple d’architecture néo-Queen Anne (1830)


À en croire les guides de voyage et les commentaires laissés sur AirBnb, Waimea est une ville quasi-fantôme. La seule raison de s’y arrêter serait pour loger un peu plus près des merveilleux parcs que sont Waimea Canyon et Kok’e qu’en étant stationné sur la côte est de Kaua’i, où se trouvent les principales agglomérations. Plusieurs bâtiments colorés ayant attiré mon attention au fil de mes passages à travers la ville pour me rendre aux parcs, j’ai décidé de faire fi de ces commentaires et d’effectuer une petite reconnaissance. Verdict ? Plutôt que de considérer Waimea Town comme dépassée et dénuée d’intérêt, on peut y voir l’occasion d’admirer une rétrospective architecturale de la première moitié du XXe siècle, avec une touche de western par-ci par-là : First Hawaiian Bank (style néoclassique, 1929), Waimea Theater (art déco, 1938), Waimea Educational Center (une ancienne école dans le style « rural » des années 30), etc. Ici, même le restaurant Subway se fond dans le décor, installé dans un bâtiment traditionnel japonais construit en 1921 et restauré après le passage d’un ouragan.

Waimea Theater

Waimea Educational Center

Publicités

Finances comparées

Mots-clés

En cette période de préparation des déclarations des revenus, certains d’entre vous en profitent peut-être pour établir leur budget vacances pour l’été 2018. Tant qu’à parler d’argent…

Ayant un petit penchant pour les statistiques, j’ai compilé au fur et à mesure mes dépenses au retour de chaque voyage d’envergure depuis 10 ans. Pour le plaisir, j’avais envie de comparer les coûts de voyage entre les différents pays que j’ai visités, non pas en termes de montants, mais plutôt en termes de répartition des dépenses. Il est fort probable que les conclusions ne vous intéressent pas vraiment, mais tant qu’à faire l’exercice pour satisfaire ma curiosité, j’ai décidé de le publier. Lire la suite

Arrêts chouchous dans le Prince Edward County (et les autres)

Mots-clés

, , ,

Alors que l’article d’il y a deux semaines était plus technique, je vous partage aujourd’hui nos arrêts gourmands préférés dans la région, qu’il s’agisse de vignobles, de fromageries, de restaurants ou de vergers. Parce qu’avant de partir, je prends le temps de recueillir des suggestions auprès d’amis, de blogueurs et de journalistes, et que je pense que mes opinions peuvent intéresser ceux qui se préparent comme moi ;-)

Les endroits que nous avons le plus aimés (sans ordre de préférence)

Trail Estate Winery (416, Benway Rd, Hillier)

Pour l’approche –vins assemblés en petites quantités et de façon artisanale– et l’échelle, humaine. Les conseillers ont pris le temps de s’asseoir avec nous au comptoir pour discuter pendant la dégustation. Ce vignoble étant tout jeune, les vins proposés jusqu’à maintenant étaient élaborés à partir de raisins d’autres régions ontariennes, mais à partir de 2018, des vins « princiers » devraient être disponibles.

Petite attention gentille à signaler : voyant que nous étions à vélo, le conseiller nous a proposé de mettre nos achats de côté pour repasser les chercher à la fin de notre randonnée.

Sandbanks Winery (17598, Loyalist Parkway, Wellington)

Pour l’accessibilité de l’endroit, autant dans les prix que dans l’accueil chaleureux et sans prétention des conseillers, et la grande quantité de vins offerts. Avec autant de choix, difficile de ne rien trouver à son goût. Pour ma part, coup de cœur pour Love, un apéritif à base de vidal et de liqueur de cassis. Situé relativement près du Sandbanks Provincial Park, ce vignoble est parfait pour les familles, avec son aire de pique-nique ouverte à tous. Des ensembles pour le pique-nique et du vin au verre sont d’ailleurs disponibles sur place.

Devil’s Wishbone Winery (1014, County Rd 7, Prince Edward)

Parce que c’était notre première dégustation du voyage et que nous avons immédiatement trouvé chaussure à notre pied dans les vins blancs. Pas très étoffé comme argumentaire, je sais ;-)

County Cider Company (657, Bongards Crossroad, Waupoos)

Pour la variété et l’originalité des produits, l’aménagement du lieu et la présence d’un râtelier à vélo. Les cidres pétillants aromatisés à l’orange sanguine et aux petits fruits sortent vraiment de l’ordinaire, tandis que le Tortured Path rappelle très bien les cidres traditionnels britanniques. Seul bémol : il aurait été sympa de lever les frais de dégustation à l’achat d’une certaine quantité de bouteilles, comme c’est généralement le cas.

Et ceux qui nous ont laissés froids (et pas à cause du goût des vins)

The Grange of Prince Edward et Norman Hardie Winery and Vineyard

Pour l’attitude hautaine ou absente des conseillers (le mot est un peu fort, mais vous voyez le genre), et le peu de produits offerts en dégustation par rapport à ce qui est disponible pour la vente. Personnellement, à ces prix-là (plus de 20$ la bouteille), si je ne peux goûter, je ne prends pas le risque d’acheter. Nous avons bien essayé de négocier pour échanger un vin de la liste contre un qui nous intéressait, mais on nous a poliment ramenés vers la liste. J’avais pourtant lu tant de bien sur ces vignobles dans diverses revues et articles! J’ai l’impression qu’à force de recevoir des louanges, ces maisons se sont un peu enflé la tête.

14$ pour un sandwich chez Norman Hardie…il fallait vraiment être désespéré.

Hinterland Wine Company

Pour ne pas nous avoir proposé d’alternative de dégustation, après nous avoir appris que le vin que nous voulions essayer était en rupture de stock (Borealis, un rosé mousseux). Pas très vendeur, d’autant plus que nous avons réalisé dès le prochain arrêt qu’Hinterland n’avait pas le monopole du rosé mousseux dans le coin (Rosehall Run offre même une dégustation tout en bulles). Tout de même, un bon cidre aromatisé à la cerise dont j’aurais dû faire des provisions.

Dans l’ensemble, j’ai eu l’impression, dans certains vignobles plus haut de gamme, que mon âge et/ou mon accoutrement de cycliste nuisaient à mon image d’acheteuse potentielle et résultaient en un certain désintéressement de la part des conseillers avant même de m’installer au comptoir. Était-ce le fruit de mon imagination?

*Vous trouverez ici une carte de tous nos arrêts. Si je n’ai pas parlé d’un endroit, c’est que je n’avais rien de spécial à dire à son sujet.

Bonne et heureuse année 2018!

Le Prince Edward County à vélo

Mots-clés

, ,

Même si la destination est assez populaire auprès des Québécois –le Prince Edward County se trouve à seulement 4 h de route de Montréal–, peu d’entre eux sont pourtant familiers avec cette appellation. Parlez-leur du Sandbanks Provincial Park –l’attraction vedette– et ils retrouveront rapidement leurs repères.

Lire la suite

Kingston

Mots-clés

, , , , ,

Située environ à mi-chemin entre Montréal et Toronto, l’ancienne capitale du Canada (1841-1844) a tout pour plonger le visiteur dans le XIXe siècle. Celui qui souhaite en apprendre sur l’histoire politique et militaire de ce jeune pays trouvera de nombreux lieux où assouvir sa soif, tandis que celui qui, comme moi, n’a que peu d’intérêt pour les musées, pour la géologie et pour les exercices militaires –ou qui en a tout simplement déjà assez vu dans sa vie–, sera tout de même charmé par une promenade dans les rues du quartier historique.

Lire la suite

Quatre saisons au Trait-Carré

Mots-clés

, , , , , , ,

Loin de présenter la même densité d’édifices anciens et la même étendue que le Vieux-Québec, le quartier du Trait-Carré regroupe tout de même suffisamment de bâtiments patrimoniaux pour qu’on s’y attarde quelques heures. Situé dans une ancienne banlieue de Québec, dans l’arrondissement de Charlesbourg, le quartier fut fondé par les Jésuites vers 1663. Le quadrilatère recèle de beaux exemples de maisons traditionnelles franco-québécoises allant du XVIIe siècle au milieu du XXe siècle (après, ça s’est gâté ;-). Bien que l’endroit soit complètement urbanisé de nos jours, on y retrouve encore des éléments architecturaux typiques de l’habitation rurale québécoise, comme les galeries occupant toute la largeur de la façade des maisons et les toits mansardés.

Lire la suite

5 ans!

Quand j’ai inauguré Les Carnets de Madame, il y a déjà 5 ans, je ne me suis pas vraiment demandé pendant combien de temps je publierais. J’envisageais plutôt d’y aller une semaine à la fois, jusqu’à ce que l’inspiration se tarisse ou que je me lasse. Or, ce n’est pas encore arrivé, même si je suis parfois temporairement à court de matériel! Lire la suite

Pause automnale

Mots-clés

Je prends un petit congé de publication en attendant d’avoir le temps de vous concocter quelques articles sur mes escapades estivales. Ne vous inquiétez pas, je serai de retour bientôt avec de belles suggestions! D’ici là, profitez bien des derniers beaux jours de l’été…

 

Hawai’i : entre fleurs et montagnes

Mots-clés

, , ,

Aujourd’hui, petit billet tout en photos pour conclure la série hawaïenne.

Lire la suite