Chasser le street art dans l’East End londonien

Étiquettes

, , , ,

Cet attrait atypique n’est peut-être pas un incontournable pour une première visite, mais c’est LA chose dont j’avais le plus hâte de vous parler à la suite de mon second séjour dans la capitale anglaise! Et même si j’avais envie de vous présenter les photos de presque toutes les œuvres que nous avons croisées tellement j’ai flashé, j’ai préféré me limiter à quelques images pour vous laisser découvrir le reste par vous-même, sans compter que le paysage est relativement évolutif dans le secteur ;-)

Les noms de Spitalfields et de Shoreditch n’évoqueront probablement rien pour vous, mais c’est dans ces quartiers de l’East End que nous avons pris plaisir à chercher les œuvres d’artistes plus ou moins célèbres du milieu de l’art urbain. Suivant le parcours gratuit décrit sur cette page, la balade débute à Liverpool Street Station, dont les belles structures métalliques ont été mises en valeur par une restauration effectuée dans les années 1990.

On suit d’abord Middlesex Street, où les « graffitis » sont dispersés et souvent moins élaborés que ce que l’on verra plus tard. Tout de même, plusieurs œuvres de ce secteur méritent le détour et, si vous commencez directement dans un secteur trop « dense », vous ne vivrez pas l’excitation de la chasse au trésor! Car le jeu de « cherche et trouve » constitue une bonne partie du plaisir de la balade.

Une lettre de l’artiste Eine, dans Middlesex Street

Dans Toynbee Street, les dessins commencent à se faire plus nombreux, les graffeurs n’hésitant pas à exploiter tout l’espace disponible et à juxtaposer leurs œuvres à d’autres d’un style complètement différent.

Toutes les surfaces sont bonnes pour ajouter son grain de sel!

L’art urbain prend toutes sortes de formes, ici des collages.

À un certain point de l’itinéraire, nous croisons l’Old Spitalfields Market, un bel arrêt autant au plan de l’architecture (victorienne) que culinaire (à l’heure du déjeuner). Nous passons quelques minutes à explorer les boutiques d’artisanat et d’articles de mode, qui ferment à 17h, ainsi que le joli parc urbain aménagé en périphérie du marché.

En repartant vers l’est dans Hanbury Street, c’est le début de la profusion : nous n’avons pas assez d’yeux pour admirer toutes les œuvres qui nous entourent. C’est définitivement mon segment préféré!

Reconnaissez-vous le personnage principal?

Après une petite pause pour profiter de l’happy hour chez Pickled Fred –établissement ayant malheureusement fermé ses portes depuis notre visite–, nous retournons sur Brick Lane. Le passage dans Sclater Street est spectaculaire, orgie de couleurs et de motifs. Selon notre guide virtuel, la balade pourrait se poursuivre encore un bon moment, mais, faute de temps –et parce que nous « chassons » l’art urbain depuis quatre heures déjà–, la visite se termine pour nous à la station Shoreditch High Street. La suite une autre fois!

Conseil de visite

Dans la première partie de l’itinéraire, de Liverpool Street Station à Sclater Street, de nombreux graffitis se cachent sur les rideaux métalliques des commerces ou sur les portails des stationnements. Il est avisé d’effectuer une partie de sa visite avant l’ouverture des commerces (±10h) ou après leur fermeture (±17h), encore que ce ne soit pas essentiel pour voir la majorité des œuvres. Par exemple, le magnifique portail ci-dessous (Hanbury Street) n’était pas visible à 17h, mais l’était à 19h.

Un mot sur le quartier

Quel quartier intéressant du point de vue architectural : on y croise autant de vestiges de l’ère georgienne que d’entrepôts désaffectés reconvertis. Berceau de la contreculture à une certaine époque, le secteur s’est embourgeoisé. Et s’il y a un endroit qui dégage l’aura hipster, c’est bien Shoreditch…

L’article suivant s’attarde d’ailleurs à cinq bâtiments d’intérêt faciles à manquer si vous ne portez attention qu’aux fresques colorées qui recouvrent les surfaces verticales du quartier comme moi ;-)

Visites guidées

Plusieurs agences offrent les services d’un guide en chair et en os pour découvrir une dizaine d’œuvres du moment avec anecdotes et contexte à l’appui. Personnellement, je préférais économiser 15 £ et manquer les explications, c’est pourquoi j’ai plutôt choisi de suivre les indications de cette page pour me diriger à travers le quartier.

Des promenades axées sur l’architecture sont aussi disponibles, notamment avec London Architecture Walks.

Publicités

Un dimanche à Greenwich

Étiquettes

, , , , , , , ,

J’avais déjà beaucoup aimé Greenwich lors de ma première visite, pour ses magnifiques bâtiments baroques, listés au patrimoine mondial de l’UNESCO comme étant le « plus beau et plus spectaculaire ensemble architectural et paysager situé dans les îles britanniques » (rien de moins!). Ses musées gratuits axés sur la navigation, l’histoire, l’astronomie et la royauté avaient aussi su satisfaire pleinement mes intérêts de l’époque.

Cette fois-ci, j’avais plutôt envie d’art urbain, et les sculptures géantes plantées dans la Tamise, mentionnées dans le guide Londres insolite et secrète, semblaient correspondre parfaitement à ce critère. C’est donc par un beau dimanche matin que je suis débarquée près de l’O2 avec l’intention de marcher en bordure du fleuve dans ce secteur pas vraiment touristique, avant de repasser par Greenwich pour montrer à Monsieur le fameux ensemble architectural qui avait ravi mon cœur en 2008.

Pour être bien honnête, les sculptures elles-mêmes –Quantum Cloud, A Slice of Reality et d’autres dont j’ai oublié le nom– nous ont déçus. Cependant, nous n’avons pas du tout regretté le détour à North Greenwich. D’abord, la promenade au bord de l’eau nous a offert un bon panorama de la rive opposée (Isle of Dogs, Canary Wharf, etc.) qui, même sans être le plus élégant, représente aussi une facette de Londres. Surtout, les nombreux chantiers en cours dans le secteur nous ont permis d’admirer des tours de logement à l’architecture plutôt intéressante. De retour à Peninsula Square vers midi, nous avons constaté que c’était un lieu assez populaire auprès des familles avec jeunes enfants. Nous avons pensé que ça devait être lié au centre de divertissement ou à un événement à l’O2, parce que si ce n’était pas le cas, je ne vois pas ce qu’il y avait à faire là!! (Il y a bien des restaurants, mais rien de vraiment original, juste des chaînes qu’on retrouve partout ailleurs.)

Pas le panorama auquel on s’attend, quand on pense à Londres, n’est-ce pas?

Le nouveau bâtiment préféré de Monsieur!

Après la balade, nous étions déjà un peu fatigués, alors nous avons pris place au deuxième étage d’un autobus rouge pour redescendre jusqu’au « centre-ville » de Greenwich, profitant de l’occasion pour initier Monsieur à cette fameuse expérience londonienne. Direction : The Green Café (285 Greenwich High Road), un restaurant spécialisé dans les petits déjeuners (omelettes, gaufres), mais offrant aussi des soupes et des sandwiches, des mets végétariens, des pâtisseries, des biscuits, des gâteaux et des smoothies…bref, de la nourriture réconfortante à prix abordable (21 £ pour deux plats et deux breuvages).

Chili végétarien caliente et risotto

C’est avec une énergie renouvelée que nous avons parcouru le Greenwich Market –une activité qui ne m’aurait guère attirée 10 ans plus tôt– à la recherche d’un souvenir unique. Le marché a aussi été une belle découverte, autant pour les exposants (antiquités, artisanat, arts, produits de beauté, accessoires de maison, etc.) que pour les kiosques alimentaires (j’ai regretté de ne pas m’être laissé de place pour une douceur de Casa Cannoli!). Nous avons eu des coups de cœur pour de nombreux produits, mais l’espace disponible dans les bagages nous a heureusement contraints à faire des choix ;-)

Greenwich Market

Une tournée rapide (extérieure) des principaux bâtiments historiques de Greenwich plus tard, un peu de repos s’imposait et c’est à l’instar de centaines d’autres gens que nous nous sommes étendus dans l’herbe du parc jouxtant le Old Royal Navy College et le National Maritime Museum, comme c’est l’habitude dans les grands espaces verts londoniens et du monde entier.

Malgré la popularité de l’endroit, les fins de semaine demeurent à mon avis le meilleur moment pour profiter de Greenwich, surtout que nombre d’exposants ne sont présents que les samedis et dimanches au marché.

Greenwich, je t’aime!

P.S. Si vous voulez avoir une idée de notre itinéraire pour vous inspirer, c’est par ici.

Londres : nouvelles bonnes adresses en rafale

Étiquettes

, , , , , , ,

Ces trois établissements ne s’inscrivaient pas particulièrement bien dans un itinéraire de quartier, alors j’ai décidé de vous les présenter ensemble, même si le seul lien qui les unit est qu’on y mange ou on y boit!

The Clifton : pour le petit déjeuner

Lire la suite

Ces oasis de verdure londoniens

Étiquettes

,

Lors de ma première visite, ils n’avaient pas tellement attiré mon attention, probablement à l’instar de la majorité des touristes. En 2018, ils se taillent pourtant une jolie place dans mes coups de cœur. Que sont-ils? Des dizaines de petits espaces verts disséminés au centre-ville et qui m’ont fait l’effet d’oasis au sein des zones densément construites.

Lire la suite

St. Stephen Walbrook

Étiquettes

, , ,

Vous avez déjà visité la St. Paul’s Cathedral et vous êtes tombé en amour avec l’intérieur baroque toute en blancheur dessiné par Christopher Wren? Lors d’un prochain séjour à Londres, vous feriez bien de jeter un coup d’œil à l’église St. Stephen Walbrook, que certains considèrent comme le chef-d’œuvre de l’architecte anglais. Lire la suite

St. Dunstan in the East

Étiquettes

, ,

Comme je le mentionnais il y a deux semaines, mon objectif pour ce séjour en amoureux était de faire le plein de petits endroits authentiques, contrairement à mon premier voyage où j’avais enchaîné les attraits plus célèbres.

Aujourd’hui, c’est au « jardin » de l’église St. Dunstan in the East que je vous transporte. Lire la suite

Leadenhall Market & The Lamb Tavern

Étiquettes

, , ,

Lors de mon second séjour à Londres, je n’avais pas tellement envie de faire de visite sérieuse; je souhaitais plutôt m’attarder à découvrir plus en profondeur certains quartiers que j’avais seulement effleurés en 2008 et trouver des petites « perles cachées », moins grandioses mais tout aussi intéressantes que les attraits habituellement relayés au touriste 101, qui veut accumuler en quelques jours les égoportraits devant des paysages emblématiques. Ma façon de voyager a en effet évolué légèrement en 10 ans : je retire dorénavant peu de satisfaction des activités créées spécifiquement –ou du moins, on le dirait– pour les touristes, comme The Eye, le musée Madame Tussaud’s ou la visite des studios Warner Bros. Les nouveaux coups de cœur que je vous présenterai au cours des prochaines semaines seront donc presque tous des lieux de petite envergure, à intégrer à un parcours à pied dans la ville, plutôt qu’une destination en soi.

Cette semaine : Leadenhall Market & The Lamb Tavern

Lire la suite

Londres, 10 ans plus tard

Étiquettes

, ,

Au départ, une idée un peu folle : revenir à Londres une fois aux dix ans, pour prendre le pouls de cette ville que j’avais adoré lors de ma première visite et dont il me restait tant à découvrir. Les astres s’étant finalement alignés –mariage d’amis en Loire et Ryanair offrant la liaison Tours-Londres pour des miettes–, c’est avec fébrilité que j’attendais le retour en terre anglaise.

Je vous présenterai donc au cours des prochains mois mes nouveaux coups de cœur et bons coups dans la ville de Sherlock Holmes. En attendant, j’en ai profité pour mettre à jour certains articles sur des endroits dont je vous avais déjà parlé, qu’ils aient encore ma faveur ou non. Je vous invite d’ailleurs à cliquer sur les images ci-dessous pour y accéder facilement et profiter de nouvelles photographies et impressions :

En ce qui concerne mes impressions générales de la ville, je retire ce que j’avais dit concernant la propreté; avec la prolifération des breuvages et des repas prêts-à-manger, les touristes mais aussi les Londoniens abandonnent leurs déchets sur la moindre surface disponible, donnant lieu à des amoncellements dignes d’un film d’horreur (sans blague!), notamment à la sortie des stations de métro.

Du côté des améliorations, le métro (Underground) est désormais en fonction 24 h sur 24 les vendredis et samedis sur certaines lignes. Yé!

Il est toujours aussi intéressant de se nourrir chez l’épicier Waitrose plutôt que dans les dizaines de chaînes de prêt-à-manger (Prêt-à-Manger, Eat., Itsu, Wagamama, Pod, etc.). Si vous voyagez avec un petit budget, surveillez les plats en réduction dans la section des sandwiches, salades et sushis et dans la section des pâtisseries à l’unité ou des gâteaux en boîte. Pour une fraction du prix, fort est à parier que ces aliments seront aussi bons voire meilleurs que leur équivalent dans une franchise de boulangerie. Deux recommandations? Les beignets au caramel salé et les torsades glacées au butterscotch !! ;-)

Evanston

Étiquettes

, ,

Je dois faire un mea culpa : tellement occupée à courir d’un point A à un point B pour retirer de l’argent au guichet, faire l’épicerie, acheter une casquette des Cubs en vue du match du soir, magasiner des chaussures pour Monsieur et ainsi de suite, je n’ai pas pris le temps de photographier les attraits « officiels » de cette banlieue de Chicago que sont les résidences luxueuses sur des rues bordées d’arbres matures*, le phare ou encore les pavillons de l’université Northwestern –l’une des plus riches et prestigieuses des États-Unis. Lire la suite

Lakefront Trail

Étiquettes

, , , , ,

Même si cette activité figurait dans les listes d’« incontournables » adressées aux touristes, je n’allais pas bouder mon plaisir de rouler à vélo rien que pour éviter les masses. Lire la suite